Master GAF Projet VLE/PLE

<< Avantages et inconvénients des VLE LivreBlanc VLE les mieux adaptées >>


Critères pour choisir un VLE


Voici les critères que nous avons retenu pour choisir un VLE adapté à l'enseignement supérieur :

1) En logiciel libre. Ce point est pour nous prioritaire et relève d'un choix
  • à la fois économique : les universités ou établissements d'enseignement supérieur économisent le prix des licences
  • mais également éthique et politique : tout outil informatique proposé dans le cadre d'établissements publics et fonctionnant avec de l'argent public doit privilégier le libre, pour sensibiliser son public (étudiants) à l'usage de ces outils, les privilégier par rapport à des outils propriétaires.
  • Ce choix est également pragmatique : choisir un logiciel libre, c'est pouvoir avoir accès aux sources et donc pouvoir adapter l'outil à ses contraintes et besoins et tout nouveau développement pourra re-servir à d'autres établissements d'enseignement supérieur. C'est donc constituer du bien commun.
Le corollaire de ce critère est la nécessité d'avoir, autour du projet logiciel libre, une importante communauté d'utilisateurs et de développeurs afin de garantir la pérennité de l'outil, son évolution, sa mise à jour et l'accès à une documentation.

2) Une plateforme agréable et simple d'usage
L’ergonomie, la navigation, les menus doivent être simples d'utilisation. Les fonctionnalités et les manipulations doivent être intuitives. C'est un des points clés pour garantir le succès d'un tel outil : faciliter son appropriation par les différents acteurs, avec des niveaux de maîtrise technique hétérogène.
L’esthétique d’une plateforme est importante pour que les utilisateurs s’y sentent bien et prennent plaisir à aller dessus. Par conséquent, le graphisme doit être attrayant et personnalisable. Un point soumis par certains étudiants dans le cadre de notre enquête concerne la possibilité pour les usagers de personnaliser eux-mêmes l'interface.
Enfin, on doit pouvoir y accéder de n'importe quel poste informatique, avec n'importe quel système d'exploitation et de navigateur.

3) Une plateforme qui intègre les concepts de PLE car elle offre à l’apprenant une certaine autonomie, l’apprentissage est centré sur les apprenants grâce à une approche socio-constructiviste : personnalisation de son espace, appropriation d'outils, constitution de "portfolio"... Par ailleurs, elle doit permettre d’effectuer des travaux collaboratifs ; elle doit être ouverte c’est-à-dire envoyer des alertes et diffuser des flux RSS aux apprenants et formateurs.

4) Une plateforme interopérable et adaptée au cadre juridique, qui intègre les standards et normes : spécifications afin de s’intégrer dans des systèmes de gestion (ex. IMS Enterprise Services) et pour incorporer des paquets de matériels d’apprentissage (ex. SCORM, IMS Content packaging) et d’évaluations (ex. IMS Question et test interoperability). Elle doit également permettre un décompte des connexions par les apprenants pour se conformer au cadre légal de la formation continue (pour remplacer la feuille d'émargement du présentiel).

5) Facilité d’installation et de maintenance de la plateforme dans le contexte universitaire : avec la possibilité de configurer de nombreux comptes utilisateurs. La plateforme doit également être simple à installer, à configurer et à maintenir et disposer d'une documentation sur ces aspects techniques pour les administrateurs.
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]